La forge d’outils.

Le forgeron forge ses propres outils mais également ceux

des autres corps de métier. Le matériau de base est l’acier dure

(fer + carbone) qui donnera des outils solides, tranchants

encaissants les chocs, torsions et autres tortures.

A partir du moment où l’on ne demande pas à l’outil

une résistance mécanique forte, il pourra être forgé

dans de l’acier doux ou du fer.

(exemples : pinces, clameaux, compas d’épaisseur, etc).

Les deux animations sont en relation directe

par le fait que le forgeron réalise les outils de taille

du sculpteur sur pierres.


ANIMATION

ASSOCIABLE

avec

ERIK&

LES PIERRES

photos : demo2jadis/Perrine Guignard

On peut voir ainsi l’outil forgé

oeuvré sur la pierre.


Après avoir été forgé, trempé, et enfin rémoulé,

le voilà à l’ouvrage sur la pierre.


Les deux campements sont assemblés de manière linéaire

ou à 90 degrés.


L’animation commence alors avec la forge, le matin

et se poursuit avec la pierre, l’après-midi.

Le feu et l’eau.

Le métal va passer

la majeure partie du temps

entre le foyer à 1200° et

l’enclume, afin d’être mis en forme.

Ensuite viendra «la trempe»,

«le revenu» et enfin

le remoulage.

lonàn forge d’outils

erik_%26_les_pierres.html

retour

>entree.html

Lonàn  

signifie en vieil irlandais : petit merle.

Le merle étant «l’animal totem» du forgeron.

L’enclume utilisée par le merle est le rocher

sur lequel il ouvre les coquilles d’escargot

et son plumage est aussi noir que le visage

d’un forgeron ou le fer de la forge.